La dépouille du chauffeur de taxi assassiné rapatriée vers l’Algérie

27 Novembre 2013 , Rédigé par La jeunesse de l'Islam au Québec

La dépouille du chauffeur de taxi Ziad Bouzid, assassiné le 19 novembre peu avant minuit dans l'arrondissement Côte-des-Neiges, à Montréal, a été transportée ce mardi 26 novembre à l'aéroport Montréal-Trudeau. Radio-Canada.ca

Nos condoléances à la famille. Certes à Allah appartient ce qu’Il a repris et c’est à Lui aussi qu’appartient ce qu’Il a donné, et chaque chose pour Lui a un terme fixé à l’avance… Soyez endurant et espérez la récompense d’Allah. Qu’Allah accroisse votre rétribution, vous accorde les meilleures condoléances et pardonne à votre défunt."

Malgré de tels malheurs, il faut néanmoins nous rappeler et ne pas négliger les règles suivantes...

Hâter l'enterrement

Selon Abou Hourayra (que Dieu l'agrée), le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Hâtez les funérailles. Si le mort était vertueux, vous lui faites ainsi du bien et s'il était autre chose, c'est un mauvais fardeau dont vous déchargez vos encolures". (Al-ABoukhari, Mouslim)

Selon Housayn Ibn Wahwah (que Dieu l'agrée) , Talha Ibn Al-Barâ Ibn 'Àzeb (que Dieu l'agrée) tomba malade. Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) vint lui rendre visite. Il dit : "Je suis convaincu que Talha est mourant. Attendez la nouvelle de sa mort et hâtez ses funérailles car il ne convient pas à la charogne du musulman de rester emprisonnée parmi les siens". (AbouDawoud, Al-Albani a jugé ce hadîth faible)

Ne pas déplacer le mort sauf en cas de necessité

Mouwaftaq Dine ibn Qudama a dit : "On ne transfère un mort d'un pays à un autre que pour un objectif valable. C'est l'avis d'Ibn al-Moundhir et al-Awza'i. C'est parce que cela diminue les charges et évite la détérioration du corps.. Le transfert est permis quand il répond à un objectif valableâ"" (Voir al-Moughni, 2/193-194)

La Commission Permanente a dit à ce sujet : "La pratique en vigueur à l'époque du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) et à l'époque de ses Compagnons consistait à enterrer les morts dans le cimetière de l'endroit où ils sont décédé et à enterrer les martyrs sur place. Aucun hadith ou tradition sûre n'a indiqué qu'un des Compagnons fut transféré à un cimetière autre que celui de l'endroit où il est mort ou sa banlieue ou un lieu proche. .. C'est pourquoi la majorité des jurisconsultes a dit : "Il n'est permis de transférer un mort de l'endroit où il est décédé pour l'enterrer ailleurs que pour un objectif valable. C'est comme si l'on craint que son enterrement sur place n'entraîne la profanation de sa tombe ou sa violation par adversité ou sa banalisation"

De plus, le rapatriement d'une dépouille couterait entre 15 000 et 20 000 dollars !

Partager cet article

Commenter cet article