Fêter Eid Al-Adha au Québec en toute quiétude

9 Septembre 2016 , Rédigé par La jeunesse de l'Islam au Québec

Fêter Eid Al-Adha au Québec en toute quiétude

À l’approche de Eid Al-Adha, les commentaires et les spéculations se multiplient et certaines questions se répètent. Il y en a une spécifiquement qui demeure floue chez plusieurs personnes: A-t-on le droit de sacrifier un mouton chez soi?

Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) “incite les personnes qui participeront à la célébration à bénéficier de l’expertise des abattoirs afin de favoriser des conditions d’hygiène et de salubrité et ainsi, veiller à la protection de la santé publique. Cependant, une personne a la permission d’abattre elle-même un animal dans un but de consommation personnelle si l’animal en question lui appartient, tout en respectant les règlementations municipales et environnementales.”

Voici maintenant quelques règles à observer pour bien fêter.

BIEN CHOISIR L’ANIMAL

L’animal doit être en bonne santé et porter un identifiant officiel d’Agri-Traçabilité Québec. Il est possible que cet animal porte un identifiant de l’Agence canadienne d’inspection s’il provient de l’extérieur du Québec. Voici quelques exemples d’identifiants (toutefois, des variantes peuvent exister).

TRANSPORT ET GARDE

Le transport doit se faire de façon sécuritaire et dans le respect du bien-être de l’animal. En conséquence, il est interdit :

●de faire souffrir l’animal en le frappant ou en le manipulant violemment;

●de transporter un animal qui pourrait mettre bas au cours du voyage;

●de transporter un animal incapable de se déplacer seul;

●de transporter un animal sans le protéger contre les intempéries.

Les enclos d’embarquement, de débarquement et d’attente, de même que les véhicules doivent :

●être suffisamment grands pour que tous les animaux puissent se coucher en même temps;

●permettre aux animaux de se maintenir dans une position naturelle;

●être pourvus d’une litière;

●être bien ventilés et en mesure de protéger les animaux des intempéries;

●être munis d’auges permettant aux animaux de s’abreuver pour étancher leur soif;

●être propres et bien égouttés;

●être conçus pour permettre le déplacement des animaux de façon à éviter les chutes.

La sécurité et le bien-être de l’animal avant tout!

L’animal doit avoir accès à de l’eau potable en quantité suffisante.

Le propriétaire de l’animal a la responsabilité aussi de le nourrir (s’il est gardé plus de 24 heures), et de lui procurer les

soins de santé requis par son état s’il est blessé ou souffrant.

MANIPULATION ET ABATTAGE DE L’ANIMAL

Entre autres choses, l’abattage doit satisfaire aux critères suivants :

●l’animal doit être immobilisé sans lui causer de souffrance, à l’aide d’un dispositif qui l’empêche de

faire tout mouvement, et ce, dans le but de procéder à la saignée adéquatement;

●l’animal doit être abattu au moyen d’un sectionnement rapide, complet et simultané des jugulaires et

des carotides en un seul coup de couteau, le but étant qu’il perde immédiatement connaissance;

●l’état de l’instrument ou du matériel utilisé ainsi que la compétence de la personne qui effectue l’abattage

ne doivent pas exposer l’animal à des souffrances inutiles. Dans ce but, il est recommandé de bien aiguiser

le couteau servant à la saignée;

●la saignée doit se dérouler rapidement et, à ce moment, le cou ne doit pas entrer en contact avec le

dispositif d’immobilisation de sorte que rien ne fasse obstacle à l’écoulement du sang;

●à la suite du rituel de l’abattage, suspendre l’animal inconscient, pour favoriser une saignée complète.

DÉPOUILLEMENT ET ÉVISCÉRATION

Lorsqu’il est question de manipulation d’aliments destinés à la consommation humaine, il est important d’adopter de bonnes pratiques d’hygiène et de salubrité pour éviter d’altérer la carcasse ou de la contaminer. Dans cette perspective, voici quelques recommandations utiles. Il faut :

●se laver les mains fréquemment avec de l’eau potable tiède ou chaude et du savon, puis les assécher;
●porter des vêtements propres;
●utiliser de l’équipement propre, en bonne condition et assaini régulièrement;
●éviter que le contenu digestif de l’animal ne contamine la carcasse;
●empêcher tout contact de la carcasse avec le sol pendant les opérations de préparation;
●prévoir, pour le transport des viandes, des contenants propres et destinés uniquement à l’alimentation.

ATTENTION! Si la carcasse n’est pas cuite dans un court délai, la réfrigération de celle-ci est obligatoire. Quant aux abats qui proviennent de la carcasse, ils doivent être réfrigérés sur-le-champ.

MESURES À PRENDRE POUR ÉLIMINER LES DÉCHETS

Si le sacrifice de l’animal s’effectue dans un abattoir, l’exploitant doit éliminer les déchets résultant de l’abattage en suivant la règlemen-
tation municipale et provinciale en vigueur.
Toutefois, si l’abattage est fait à la ferme ou ailleurs, il est de la responsabilité du propriétaire d’éliminer les déchets de façon sécu-
ritaire. Dans ce cas, les déchets doivent être acheminés vers un lieu autorisé destiné à l’élimination, tel qu’un site d’enfouissement ou une installation destinée à l’incinération.

source: http://themuslimnews.ca/2016/09/06/feter-eid-al-adha-au-quebec-en-toute-quietude/

Partager cet article

Commenter cet article