Les chroniques de Richard Martineau alimentent l’islamophobie, selon une étude

6 Mars 2017 , Rédigé par La jeunesse de l'Islam au Québec

Comme le confirme cette étude, les chroniques de Richard Martineau alimentent l’islamophobie ET tenant compte que d'après le chef de l'ONU «l’islamophobie attise le terrorisme», on peut logiquement en conclure que Richard Martineau et les autres chroniqueux de son genre ont certainement du sang plein les mains.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1020242/richard-martineau-alimente-islamophobie-selon-une-etude

Les textes du prolifique chroniqueur du Journal de Montréal Richard Martineau ont fait l'objet d'une étude en sociologie. Un mémoire de maîtrise déposé en 2015 à l'UQAM par Mélanie Beauregard analyse des centaines de ses chroniques. Résultat : le chroniqueur participe à l'islamophobie, estime-t-elle.

Un texte de Luc Chartrand d’Enquête

« Les discours sur l’islam et/ou les musulmans publiés au sein des chroniques de Richard Martineau [...] participent à l’islamophobie », conclut l’étude qui se penche sur 438 textes, parus entre 2006 et 2014, signés par le commentateur, que l’on peut aussi voir à la télévision et entendre à la radio.

Malgré cette conclusion générale, l’analyse de la chercheuse - qui poursuit aujourd’hui des études de doctorat en sociologie - est assez nuancée.

Richard Martineau ne fait pas preuve d’un racisme évident, mais il y a une islamophobie ambiante dans ses textes.

 Mélanie Beauregard

Cette « islamophobie ambiante » se refléterait, par exemple, dans la définition des comportements des musulmans qui trouvent grâce aux yeux du chroniqueur.

« Pour Martineau, le bon musulman critique l’islam ou va critiquer les accommodements raisonnables, explique-t-elle. Pour être de bons musulmans, il faut qu’ils s’émancipent de l’islam et ils ne peuvent pas pratiquer leur religion comme bon leur semble. Pour lui, les bons musulmans sont à l’exemple de Djemila Benhabib, qui critique le voile et l’islamisme. Ce sont des musulmans qui veulent vivre comme les Québécois de souche. »

Chroniques de Richard Martineau    Photo : Site du Journal de Montréal

Le voile, symbole d’oppression

Le voile peut-il être acceptable aux yeux de Richard Martineau? Mme Beauregard ne le pense pas. « Je n’ai aucun souvenir d’avoir lu - et si ça avait été le cas, ça m’aurait marquée! - quelque chose de nuancé sur le voile dans ses textes. À ses yeux, c’est un signe d’oppression, c’est clair. Pour lui, les femmes sont forcées de le mettre et il ne comprendra pas la logique des femmes qui ont accepté de le mettre. »

On note aussi, dans le mémoire, l’utilisation d’« insulte » lorsque l’auteur emploie, par exemple, une expression générale comme « les barbus » pour dénigrer certains musulmans. « On associe ainsi les musulmans qui portent la barbe, et il y en a beaucoup, à l’islamisme. »

Depuis le dépôt de son mémoire, la cadence des chroniques consacrées en tout ou en partie à l’islam n’a pas diminué, au contraire.

Il en a publié plus de 200 au cours des deux années 2015 et 2016. « Le nombre de chroniques publiées chaque année donne à penser que l’islamisme est un enjeu fondamental de la société. Je ne dis pas que ce n’est pas un enjeu, mais c’est toujours présenté de manière à créer un climat et un lien entre musulmans et extrémisme, entre islam et islamisme, musulmanes et voile. Ça crée un climat de société où ces enjeux-là sont toujours mélangés où on réduit les musulmans à l’islamisme et au voile. »

Mme Beauregard ignore si Richard Martineau a pris connaissance de son mémoire. Celui-ci n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue.

Richard Martineau réagit sur Facebook

Le chroniqueur a réagi à notre article sur Facebook, quelques heures après sa publication. « Quelle stupidité, a-t-il écrit. Ne craignez rien, les amis : je vais continuer à dénoncer l'islamisme !!!! On ne me fera pas taire... ». Il a avancé que le journaliste Luc Chartrand considère que « critiquer l'islamisme c'est critiquer l'islam ». Richard Martineau a également écrit que Luc Chartrand « met les islamistes et les musulmans dans le même panier ». « Il y a un mot pour ça : amalgame », a-t-il conclu.

Partager cet article

Commenter cet article