Le cimetière de la honte !

6 Août 2017 , Rédigé par La jeunesse de l'Islam au Québec

Le cimetière de la honte !

Enfin, il y aura finalement un cimetière musulman à Québec mais en tant que musulman moi-même, je peux vous dire qu'il n'y a vraiment pas de quoi être fière de quiconque dans cette affaire. Ni de faire ainsi les grands sourires et les accolades devant la caméra. 

 

Tous les acteurs y on perdu la face en se comportant de façon honteuse dans cette affaire. En commençant par les administrateurs du CCIQ eux-mêmes qui ne se sont pas montré à l'écoute de leur propre communauté, ils en ont fait une affaire personnelle alors que c'était une affaire de communauté qui aurait dû impliquer les autres musulmans et les autres mosquées de la région de Québec. Ils auraient dû aussi être davantage à l'écoute de leurs confrères et consœurs qui tentaient de les dissuader de s'acharner ainsi sur les citoyens de Saint Apollinaire. Pire encore, honte à ces administrateurs d'avoir par la suite menacé ce village d'aller en procès contre le résultat d'un référendum pourtant démocratique. Honte à eux de ne pas s'être comporté humblement comme des bons musulmans.

 

Honte aussi aux électeurs qui ont majoritairement fait preuve de xénophobie et surtout d'islamophobie extrémiste et injustifiable lors de ce référendum !

 

Honte au maire Régis Labaume qui aura pris près d'une dizaine années pour approuver ce projet initial de cimetière musulman sur son territoire. Honte à lui qu'il ait surtout fallu un attentat à la mosquée et la défaite d'un référendum dans un autre village pour que  finalement il se décide à faire bouger ce projet de cimetière dans "sa" ville pour une communauté de musulmans qui habitent "sa" ville!

 

En conclusion, ce projet de cimetière musulman ne semble apparemment pas béni, surtout à voir comment il est difficile, coûteux et pénible à réaliser. Allaoualem!

 

Bravo tout de même et toutes nos excuses aux autres citoyens de Saint Apollinaire et à leur maire qui furent injustement écorché et dérangé par tout de ce spectacle médiatique qui aurait évidemment pu être facilement évité.

Partager cet article