La raison accommodante

6 Mars 2008 , Rédigé par Lajeunesse Publié dans #Vivre ensemble - Islamophobie

Voilà des faits que les journalistes n'ont pas trop l'habitude rapporter...
Citation:
La raison accommodante

Intégrer les immigrants sans renier nos valeurs, c’est possible !
Par Hélène Matteau / Photo : Jocelyn Michel
Publié dans Châtelaine d'avril 2008
© Les Éditions Rogers ltée

C’est un petit livre au titre punch : Accommodements raisonnables – Droit à la différence et non différence des droits.

Il a atterri dans nos bureaux au moment où la Commission Bouchard-Taylor battait son plein. Un texte clair et éclairant, qui met de l’ordre dans des notions complexes comme droits, laïcité, intégration ou pluralisme. Bref, des propos censés, qui ont inspiré notre respect en mettant de la mesure dans un débat souvent plus émotif que... raisonnable.


À la veille des recommandations très attendues de la Commission, nous avons donc demandé à son auteure, Yolande Geadah, son « Rapport » à elle pour harmoniser nos relations interculturelles.

D’abord, des faits. Beaucoup ont l’impression que les demandes d’accommodements sont principalement religieuses et le fait d’immigrants.

La vérité, c’est que 98 % des plaintes déposées entre 2000 et 2005 auprès de la Commission des droits de la personne ne concernaient pas la religion ; et que la majorité des 2 % de plaintes pour discrimination religieuse ont été déposées par des gens non issus de l’immigration ! Autres chiffres oubliés : au Québec, musulmans, juifs et sikhs réunis forment à peine 3 % de la population. Les catholiques, 83,2 %. Il n’y a donc pas péril en la demeure.

Par définition, un accommodement, dit Yolande Geadah, répare une injustice à l’égard d’un individu qui subit une discrimination causée par l’application rigide d’une règle. Cette approche juridique a un effet d’entraînement à long terme. Cela risque de créer une foule de sous-catégories de citoyens soumis à des règles différentes. Pour arriver à vivre ensemble, il vaut mieux aménager un espace public commun, où tout le monde, origines et croyances confondues, aura les mêmes droits et les mêmes devoirs. Comment ? La chercheure propose des balises (voir le « Rapport Geadah »).
Châtelaine a rencontré Yolande Geadah chez elle.

Yolande Geadah
Elle est née en Égypte et vit au Québec depuis 40 ans. Diplômée en sciences politiques, chercheure indépendante et membre de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) de l’UQAM, elle travaille en développement international. Ses centres d’intérêt : les droits des femmes, l’intégration des arrivants, les rapports culturels, la laïcité. Pas étonnant qu’elle ait écrit Accommodements raisonnables – Droit à la différence et non différence des droits, petit essai percutant qui lui a valu, en décembre, le prix Condorcet 2007 du Mouvement laïque québécois.

Source: http://fr.chatelaine.com/vivremieux/article.jsp?content=20080228_112914_2888

Partager cet article

Commenter cet article