Affaire des caricatures: manifester ou ne pas manifester ?

9 Février 2006 , Rédigé par Stéphan Lajeunesse Publié dans #Communiqués et Activités

Par: Lotfi Bouamrane


La campagne des caricatures lancée par certains médias européens impose à tout croyant de se lever pour défendre le sceau des Prophètes, Mohamed (Que la Paix règne sur lui) . Il existe différents moyens de remplir ce noble devoir, mais il convient de rappeler qu’en Islam les fins ne justifient pas toujours les moyens.

Le Messager de Dieu (Que la Paix règne sur lui) a dit que “celui qui fait une chose en désaccord avec les enseignements prophétiques, son action est rejetée par Dieu.”
(HADITH) Le savant Ibn Rajab affirme dans son commentaire sur ce Hadith que ‘tout celui qui essaie de se rapprocher de Dieu à travers une action que Dieu et son Messager n’ont pas ordonnée, son action est invalide.’ (R) Cette règle devient encore plus importante lorsqu’il s’agit d’une action faite à l’échelle de la communauté et qui se fait au nom de l’Islam, car les répercussions d’une telle action peuvent être très dangereuses et peuvent causer du mal aux autres, ce qui n’est généralement pas le cas pour une action individuelle.

Vouloir faire du bien ne rend pas bon le mal

Avoir l’intention de faire une bonne chose n’est donc pas suffisant en Islam car il faut aussi trouver le bon moyen à joindre à cette bonne intention. C’est pour cette raison que le Coran mentionne clairement qu’une des conditions de chaque travail islamique est la sagesse « Appelles à la Voie de ton Seigneur par sagesse et bonne exhortation »
(R) La sagesse (appelée en arabe « al hikma ») a été définie par le grand savant Musulman Imam Ibn Al Qayim comme étant la qualité de ‘faire la bonne chose, de la bonne façon et au bon moment’ (R)

Les juristes Musulmans ont extrait du Coran et des textes prophétiques certaines règles aidant à quantifier le concept de sagesse. Ils affirment entre autres que si les dégâts d’une action particulière sont égaux ou dépassent ses avantages, cette action devient invalide et interdite en Islam
(R). Imam Ibn Qayim va jusqu’à affirmer clairement que ‘si le fait de blâmer un mal (munkar) cause un deuxième mal plus grand alors blâmer le premier mal devient en soi un mal qu’il est interdit de commettre’ (R)

Les savants et les manifestations

Plusieurs grands savants Musulmans dans le monde aujourd’hui ont posé des conditions très strictes en ce qui concerne les manifestations de protestation dans les rues. Ils mentionnent d’une part que les marches de protestations doivent être tenues dans le calme et loin de tout acte de vandalisme. De plus, on doit s’assurer que le contexte dans lequel se passe la manifestation soit favorable et que l’objectif de celle-ci (qui est de faire entendre sa voix) soit réalisable dans ce contexte.

D’autres savants ont remarqué que ces conditions ne sont presque jamais respectées dans la réalité et que les manifestations organisées dans le monde Musulman tournent souvent à la violence, causent la mort de dizaines de personnes et surtout : servent de puissant moyen médiatique pour circuler une fausse image de la religion musulmane. Cet avis est largement adopté par exemple par les savants saoudiens, raison pour laquelle ce genre d’activités est très rare en Arabie Saoudite.

Sage décision à Montréal

Le Conseil Musulman de Montréal (MCM), qui regroupe la plupart des grandes organisations de notre communauté a annoncé cette semaine qu’il ne tiendrait aucune manifestation de protestation en réponse à la campagne des caricatures haineuses. Cette décision représente une position très sage pour laquelle le MCM doit être salué. Premièrement, une telle manifestation est une activité publique à laquelle n’importe qui peut se joindre et le risque de dérapages est donc présent. Deuxièmement, la presse montréalaise a jusqu’ici tenue une position respectueuse face à cette affaire et s’est abstenue de publier les fameuses caricatures. Il faudrait donc éviter de jeter de l’huile au feu et remercier Allah de nous avoir protégé d’une autre vague de provocations médiatiques. En plus de ces dégâts possibles, il est clair qu’une marche de protestation ne représente en aucun cas un moyen effectif pour changer la situation car le Canada ne possède aucun droit politique sur le Danemark et c’est au gouvernement danois qu’il faudrait qu’on adresse notre désaccord.

L'action, pas la réaction

Finalement, il est important de rappeler que nous, en tant que Musulmans, avons tout d’abord le devoir de critiquer et de revoir notre propre comportement pour constater que nous désobéissant très souvent au Prophète que nous disons défendre. Le Livre d’Allah nous rappelle clairement que « Vous ne devez vous en prendre qu’à vous-mêmes! »
(R)

Défendre le Prophète (Que la Paix règne sur lui) n’est pas une affaire de réactions émotionnelles qui s’éteignent après quelques semaines. Défendre son Prophète signifie plutôt le prendre comme exemple à suivre et l’aimer plus que toute autre personne incluant notre propre âme, car il nous a clairement dit que “Personne d’entre vous ne sera vraiment croyant jusqu’à ce qu’il m’aime plus que ses enfants, que ses parents et même plus que toute autre personne”
(R)

Source: n/a

Partager cet article

Commenter cet article