Bientôt une mosquée à Gatineau

27 Mai 2008 , Rédigé par Lajeunesse Publié dans #Communiqués et Activités

Le vendredi 23 mai 2008

Patrick Duquette
pduquette@ledroit.com

La communauté musulmane de Gatineau pourra prier dans sa propre mosquée au mois de septembre prochain, à temps pour le début du Ramadan, un mois de jeûne et de privation.

Surmonté d’un minaret, la mosquée est sur le point d’être achevée rue Lois, tout près de l’édifice de la Fonderie, dans le secteur Hull.

Avec 4000 fidèles en provenance surtout de Palestine et d’Afrique du Nord, la communauté musulmane de Gatineau est en plein essor, selon le Centre islamique de l’Outaouais.

Pour son porte-parole, Salah Basalamah, la mosquée donne le signal que la communauté musulmane s’est installée pour de bon à Gatineau.

« Une façon de revendiquer notre appartenance à la région est d’avoir une mosquée. C’est pour dire nous sommes là, et nous ne sommes pas que de passage : nous sommes là pour toujours », a dit M. Basalamah, un professeur en traduction à l’Université d’Ottawa.

Depuis sept ans, la communauté prie, se rassemble et enseigne l’arabe dans un petit local du centre-ville de Gatineau. Faute d’espace, de nombreux musulmans gatinois fréquentent les mosquées d’Ottawa, malgré la distance à parcourir.

Les musulmans s’inquiètent surtout pour leurs enfants. Contrairement à leurs aînés, ils n’ont pas grandi dans un pays imprégné des symboles et des pratiques de l’Islam, comme l’appel à la prière qui résonne cinq fois par jour.

La communauté musulmane affirme avoir financé sans aide la construction de sa mosquée. Après avoir obtenu un terrain à rabais de la ville, elle a amassé 1,3 million $ pour payer les travaux.


Conversions à l’Islam


« La mosquée sera ouverte à tout le monde », précise M. Basalamah.

Il note que les conversions à l’Islam de « Canadiens-Français » sont de plus en fréquentes. Le Centre islamique de l’Outaouais n’a rien à voir là-dedans, soutient-il.

« C’est un phénomène courant qui ne dépend ni de la mosquée, ni des gens de la mosquée. Nous n’avons aucune activité de prosélytisme, c’est une démarche spontanée de la part des gens qui résultent d’un cheminement personnel. Et c’est un peu dommage que ce cheminement ne soit pas respecté, les proches ayant souvent le sentiment que la personne a été manipulée. »


Satisfait de Bouchard-Taylor


Salah Basalamah se dit par ailleurs « satisfait dans l’ensemble » du rapport de la commission Bouchard-Taylor.

Mais il est agacé par la proposition d’interdire le port de signes religieux aux agents de l’État qui incarnent l’autorité, comme les procureurs de la Couronne, les policiers ou les gardiens de prison.

Ce faisant, les commissaires mettent l’accent sur l’apparence extérieure plutôt que sur l’intériorité, selon lui.

« C’est quand une femme juge portera le foulard islamique qu’on pourra vraiment mesurer la réussite du cadre social », a-t-il dit.



Source: http://www.cyberpresse.ca/article/20080523/CPDROIT/80523295/6784/CPDROIT

Partager cet article

Commenter cet article