Le coroner en chef ordonne une enquête sur la mort d'un musulman en 2005

3 Juin 2008 , Rédigé par Lajeunesse Publié dans #Vivre ensemble - Islamophobie

MONTREAL — Le coroner en chef du Québec a ordonné mardi la tenue d'une enquête publique sur la mort d'un musulman, tombé sous les balles de la police de Montréal, il y a plus de deux ans.

Des groupes communautaires réclamaient depuis longtemps que la lumière soit faite sur la mort de Mohammed Anas Bennis.

M. Bennis avait été atteint de deux balles par un policier du Service de police de la ville de Montréal en décembre 2005, lors d'un assaut dans une mosquée. L'opération était dirigée par la Sûreté du Québec dans une affaire de fraude.

Le musulman âgé de 25 ans ne figurait pas comme suspect dans l'enquête et la police soutenait alors qu'il avait poignardé un agent dans le cou et dans les jambes pour aucun motif apparent.

Aucun policier n'a été accusé, et le ministère de la Sécurité publique a toujours refusé de rendre public le rapport de police.

"La version officielle n'a jamais été claire et a soulevé bon nombre de questions concernant le nombre de balles et l'angle de tirs", a souligné la soeur de la victime.

Najlaa Bennis a confié que la famille était confiante d'obtenir finalement des réponses à ses nombreuses questions. La famille a laissé entendre par le passé qu'il pourrait s'agir d'un cas de profilage racial.

Un avocat de la famille, Alain Arsenault, a dit croire que le gouvernement serait obligé de déposer le rapport lors de l'enquête.

"Dans des circonstances ambiguës, il faut faire une analyse de ce qui s'est passé, a argué Me Arsenault. Ils disent que c'est un cas de légitime défense. Je n'ai pas de problème avec ça, mais peuvent-ils le prouver?"

Un porte-parole du ministère de la Sécurité publique a assuré que Québec coopérerait avec les enquêteurs, mais a refusé de dire si le rapport de police serait rendu public.

Un procureur de la Couronne de Rimouski avait pris la décision de ne pas porter d'accusation, se référant à une enquête de la Sûreté du Québec. Le rapport de police n'a jamais été remis à la famille car, selon le gouvernement, il contient des informations confidentielles.

La seule information publique sur la mort de M. Bennis vient d'un rapport du coroner en 2006, reprenant la version officielle selon laquelle la victime a poignardé un agent pour aucune raison apparente.

Najlaa Bennis a soutenu que son frère n'aurait jamais commis un tel geste de violence.

L'enquête doit s'ouvrir en septembre.



Source: http://canadianpress.google.com/article/ALeqM5iPjwX98JtZKuINBtjj8t7p1xBQhw


Voir aussi...
Tué par la police en allant prier à la mosquée
Communiqué du Collectif Opposé à la Brutalité Policière (COBP)

Partager cet article

Commenter cet article