Télévision - La Petite Mosquée dans la prairie: une série canadienne originale

10 Janvier 2007 Publié dans #Actualité

AFP
Édition du mercredi 10 janvier 2007

La chaîne publique CBC entamait hier la diffusion de La Petite Mosquée dans la prairie, une série télévisée saluée pour son originalité, qui évoque la vie d'une collectivité musulmane dans une petite communauté rurale canadienne.

Dès avant la diffusion du premier épisode hier soir, La Petite Mosquée dans la prairie, clin d'oeil à un célèbre feuilleton télévisé (La Petite Maison dans la prairie), a suscité un grand intérêt à cause de son approche inhabituelle et apaisée des rapports entre musulmans et non-musulmans, dans un pays réputé pour sa tolérance.

La série raconte la vie d'une petite collectivité musulmane vivant dans la localité fictive de Mercy, dans la province de la Saskatchewan, au beau milieu des grandes prairies canadiennes. Elle examine avec humour les efforts de cette petite communauté pour établir une mosquée dans un centre protestant et ses rapports avec des voisins souvent méfiants.

«C'est une comédie, pas une satire politique», affirme la conceptrice et scénariste de la série, la Canadienne Zarqa Nawaz. Mais Mme Nawaz, une musulmane pratiquante mère de quatre enfants, espère aussi que son oeuvre permettra de contribuer à dissiper des préjugés sur l'islam et les musulmans.

«Depuis le 11 septembre 2001, ce que l'on voit aux nouvelles présente les musulmans sous l'angle des conflits. Cela crée une image unidimensionnelle d'une communauté très diverse», dit-elle.

La série aborde ce thème de front. «Est-ce qu'un musulman peut prendre un aller simple par avion par les temps qui courent sans provoquer une alerte», s'interroge un des protagonistes du feuilleton.

Un personnage est interpellé dans un aéroport car quelqu'un l'a entendu parler de suicide et d'Allah sur son téléphone portable.

Le jeune homme disait seulement à ses parents qu'ils ne devaient pas considérer comme un «suicide» sa décision de quitter son emploi d'avocat dans la métropole de Toronto pour devenir imam dans un bled perdu de la Saskatchewan.

Mme Nawaz estime que l'intérêt suscité par son oeuvre tient au fait qu'il s'agit de la première série télévisée «traitant de l'expérience nord-américaine d'une communauté musulmane sur le mode de la comédie».

«Le rire est un langage universel. J'utilise la comédie pour que [musulmans et non-musulmans] se voient sous un jour différent et pour me moquer des préjugés que les deux communautés ont l'une sur l'autre», a-t-elle expliqué hier dans une entrevue à CBC.

Le scénario est fondé sur ses «observations et [son] expérience de musulmane ayant grandi en Amérique du Nord», dit Mme Nawaz, qui est née à Liverpool en Grande-Bretagne, a été élevée à Toronto et vit à Regina, capitale de la Saskatchewan.

Le quotidien The Globe and Mail jugeait hier que La Petite Mosquée dans la prairie est ce que CBC «a fait de mieux depuis des années».



PS: Voir aussi cet article du 5 janvier La petite mosquée dans la prairie

Partager cet article

Commenter cet article