Les Américains sont de mieux en mieux informés sur l’islam

28 Décembre 2005 , Rédigé par Stéphan Lajeunesse Publié dans #Vivre ensemble - Islamophobie

Par Steve Holgate - Correspondant du "Washington File"
01 Novembre

Les musulmans des E. U. observent le Ramadan dans tout le pays

Portland (Oregan). Alors que le soleil disparaît à l’horizon, ils rentrent chez eux du travail ou d’une promenade dans le quartier pour le dîner qui commencera précisément au coucher du soleil. Des odeurs appétissantes sont répandues dans la maison, en particulier celle de l’épaisse soupe “harira” avec laquelle les membres de la famille et leurs amis rompront le jeûne commencé à l’aube. Les adultes se saluent chaleureusement et les enfants courent dans tous les coins, attendant tous avec plaisir le dîner qui se prolongera tard dans la soirée. Ainsi commence l’iftar, le repas traditionnel qui marque la fin de chaque journée du ramadan, mois pendant lequel les musulmans jeûnent, prient et méditent.

Et où se trouvent les participants à la célébration de ce soir ? Au Caire ? A Rabat ? A Téhéran ? Non, ils sont à Beaverton (Oregan), dans le nord-ouest des Etats-Unis. Ils sont aussi à Austin (Texas) ainsi qu’à Los Angeles (Californie) et à Boston (Massachusetts).

Cela peut paraître surprenant dans un pays où la grande majorité des habitants se disent chrétiens. Toutefois, l’islam est depuis quelques années la religion qui progresse le plus rapidement. Le nombre de fidèles se situe entre un et cinq millions (cette imprécision est due au fait que les Américains n’ont nullement l’obligation d’indiquer leur appartenance religieuse, même lors d’un recensement). Un grand nombre de ces musulmans viennent de l’Afrique, du Moyen-Orient ou d’autres parties de l’Asie, mais la plupart sont nés aux Etats-Unis et sont les enfants de musulmans, y compris de convertis.

L’augmentation du nombre des musulmans s’accompagne d’une meilleure connaissance aux Etats-Unis de leurs rites et de leurs fêtes religieuses. Le ramadan est pour les musulmans une période bénie de médiation et de célébration, le mois pendant le quel ils commémorent la révélation des premiers versets du Coran au prophète Mohammed. Etant donné que, comme les autres fêtes religieuses musulmanes, le ramadan est fixé en fonction du calendrier lunaire, il est avancé chaque année de treize jours. Cette année, il a commencé à la mi-octobre et se terminera à la mi-novembre. Pendant cette période, les musulmans s’abstiennent de boire, de manger, de fumer et de s’adonner aux plaisirs de la chair pendant la journée et célèbrent le soir la fin du jeûne en famille et avec des amis. Les musulmans attendent toute l’année cette période de réunion avec les amis et la famille, d’affirmation de la foi, de lecture du Coran, de contemplation, de joie et de célébration.

Alors qu’il y a seulement quelques années les Américains ne savaient pratiquement rien du ramadan, ainsi que des autres piliers de la religion musulmane, ils prennent maintenant rapidement conscience de sa place dans le calendrier et de son importance pour leurs amis ou voisins musulmans. De nombreux journaux font paraître des articles sur les débuts du ramadan et sur la grande fête de l’Aïd Al-fitr qui y met fin. Le grand quotidien new-yorkais, “The New York Times”, vient de publier un article au sujet du ramadan aux Etats-Unis, qui comprenait entre autres une recette de la soupe “harira”. Des millions d’enfants dans les écoles publiques apprennent l’importance du ramadan pour leurs camarades musulmans.

Les journaux de pratiquement toutes les grandes villes publient la liste des nombreuses activités liées au ramadan. Certaines églises chrétiennes invitent même leurs fidèles à penser à leurs voisins musulmans pendant le ramadan et à respecter leurs fêtes religieuses.

Bien que la période qui fait suite aux attentats du 11 septembre 2001 ait été parfois difficile pour les musulmans aux Etats-Unis, de nombreux responsables se sont efforcés de leur tendre la main. Dans tout le pays, des municipalités et même des Etats ont fait des déclarations ou adopté des résolutions au sujet du ramadan. Au milieu d’une campagne électorale acharnée, les deux candidats à la présidence des Etats-Unis ont diffusé une déclaration en l’honneur du début du ramadan. Dans sa déclaration, le président Bush dit : “l’histoire des Etats-Unis nous a appris à célébrer les contributions des hommes et des femmes de toute foi, car tous partagent les valeurs fondamentales de la liberté de religion, de l’amour de la famille et de la reconnaissance envers Dieu. Les Américains qui pratiquent l’islam enrichissent notre société et aident notre pays à construire un avenir meilleur”. Dans la sienne, John Kerry, sénateur et candidat démocrate à la présidence, déclare : “nous saluons et reconnaissons les contributions précieuses que les Américains musulmans apportent à notre pays. La société et la démocratie américaines sont plus fortes lorsque nous accueillons en notre sein des personnes de diverses religions et traditions”.

L’un des faits les plus intéressants n’est cependant ni une déclaration ni une célébration officielles, mais le comportement d’un chef de police en Californie pendant le ramadan. Récemment, le quotidien de la vielle de San José en Californie, “The Jose Mercury News”, a publié un article au sujet du chef de police de cette ville d’un million d’habitants située près de San Francisco, Rob Davis, qui jeûne tous les ans pendant le ramadan et qui assiste à un iftar dans une famille musulmane différente tous les soirs. Il a commencé à le faire il y a plusieurs années alors qu’il était l’adjoint du chef de police et n’a jamais cessé. L’article du “San José Mercury News” cite à ce propos les paroles du directeur religieux de la société islamique locale, l’imam Tahir Anwar, qui a dit : “lorsque le chef de police de l’une des plus grande villes américaines s’engage à jeûner pendant le mois du ramadan (...) c’est un signe qui vient du cœur”.

Quant à Davis lui-même, il a tout simplement déclaré : “Tout le monde a besoin de savoir que le chef de police est le chef de police pour tous, non pas seulement pour la majorité des habitants et non pas seulement pour ceux qui sont au pouvoir. Le ramadan aide à se concentrer sur ce qui est important dans la vie : la famille, le toit au-dessus de sa tête, la ville dans laquelle on habite, le pays qui a permis que l’on ait tout cela (...) A la fin de la journée, nous sommes tous semblables”.

Les Américains prennent au sérieux la liberté de religion et le droit de tous de prier comme bon leur semble que garantit la constitution de leur pays. Ce respect s’applique à une partie importante d’une population de plus en plus diverse, aux musulmans des Etats-Unis.

(Les articles du “Washington File” sont diffusés par le bureau des programmes d’information internationale du département d’Etat. Site internet : http://usinfo.state.gov/français/)

Partager cet article

Commenter cet article