Au Québec, il serait plus simple pour les musulmans de chercher à s'intégrer du coté anglophone

3 Mars 2010 , Rédigé par La jeunesse de l'Islam au Québec Publié dans #Vivre ensemble - Islamophobie

Pendant que le Québec francophone fait du niqab sa phobie principale et son actualité jour après jours... Du coté anglophone, déjà il y a 5 ans, ils ne se complexaient pas trop avec ça...



La Presse
20 novembre 2005
Quand seuls les yeux parlent
Marie Allard


Shama Naz est une jeune femme de 29 ans, directrice des opérations dans une institution financière de Montréal. Très dynamique, elle parle anglais avec l'accent canadien, comme les copines avec qui elle a étudié à Concordia. Seule différence: elle porte le niqab, un voile noir qui lui couvre tout le visage, sauf les yeux.

"Si je me voile, c'est bien sûr à cause de mes convictions religieuses, dit la musulmane d'origine pakistanaise. C'est un acte de dévotion envers le verset du Coran qui dit que les femmes croyantes doivent se couvrir. Il y a différentes interprétations sur la façon dont il faut le faire. Mes propres recherches m'ont convaincue que je devais couvrir mon visage. C'est une question de culte et d'identité."

Shama Naz n'est pas la seule femme complètement voilée à circuler dans les rues de Montréal. "J'en connais de cinq à sept qui sont actuellement aux études, dit-elle. Il y en a beaucoup d'autres, mais comme elles sont habituellement des femmes au foyer, on les voit moins sur la place publique."

Il y a environ cinq ans, à Montréal, Mohammad Qadeer, professeur émérite à l'Université Queen's en Ontario, a croisé pour la première fois une femme portant le niqab en sol canadien. "À l'époque, ça m'avait surpris, mais maintenant j'en vois beaucoup à Toronto", dit-il.

(...)

Shama Naz, qui porte le niqab depuis 10 ans, sent les regards interloqués posés sur elle. "Je comprends très bien que le niqab détonne, dit-elle. Effectivement, ça a l'air hors norme. Mais je suis une personne comme une autre, très heureuse." Elle dit avoir pu s'intégrer sans trop de mal à l'université, puis au boulot. "Je travaille avec le public, je suis même responsable d'embaucher des gens et ça se passe bien", assure-t-elle. Si on doit vérifier son identité - par exemple à l'aéroport - elle accepte de se dévoiler, mais seulement devant une femme.

(...)

Shama Naz aime se faire poser des questions sur son choix. "Parfois, les gens s'empêchent de me parler, croyant qu'il y a une barrière entre nous, illustre-t-elle. Décider dans sa tête que l'autre est hors d'atteinte, c'est la pire chose à faire. Je suis toujours très heureuse de communiquer avec les gens."

Avec la collaboration de Mario Girard




Étonnament, moi qui, même dans les mosquées, défendait tant la langue française par le passé, j'en suis venu à la conclusion qu'en tant que mususulmans, on devrait peut-être apprendre à nos nombreux enfants à fonctionner surtout en arabe et en anglais plutot qu'en français! C'est du moins la leçon que semble vouloir nous faire comprendre le Québec!




À lire aussi:

Les Québécois plus réticents que l'ensemble des Canadiens aux signes religieux





Partager cet article

Commenter cet article

Marcel Martel 22/04/2014 12:17

Aller en France, elle est déja sous votre controle, vous allez pouvoir parler francais et bloquer les rues pours faire votre prière du vendredi.

La jeunesse de l'Islam au Québec 21/03/2010 01:15


Salamoualaikoum,

La presse anglophone:

«Quelle portion du mot liberté le Québec ne comprend-il pas?» , demandait Naomi Lakritz,
du Calgary Herald. «Refuser aux femmes l'accès à l'école rappelle de manière déplaisante le régime taliban, non?»
Le Winnipeg Free Press a jugé qu'il «n'y a pas de loi interdisant le niqab ou la burqa, mais plusieurs au Québec s'agitent pour qu'il y en ait une».
Le Globe and Mail, dans un éditorial intitulé «Intrusion intolérante», a déclaré que «c'est peut-être la pratique dans certains pays arabes ou de l'Asie
occidentale, tel que l'ancien régime taliban en Afghanistan, mais donner le pouvoir à des agents de l'État de faire appliquer un code vestimentaire et interdire l'accès à l'éducation à des femmes,
cela n'avait jamais été vu au Canada auparavant».





La jeunesse de l'Islam au Québec 05/03/2010 05:00


Salamoualaikoum,

Merci Apokalupsis pour le lien. Par contre, je ne sais pas pour vous mais moi je n'ai pas réussi à télécharger ton fichié mp3.

J'ai cherché un peu et je n'ai pas non plus trouvé cet extrait sur le site du fm 93.3 de Québec mais j'ai quand même trouvé ceci:

ALTERCATION entre QUÉBÉCOIS et MUSULMAN (Loblaws)
http://www.radioego.com/ego/listen/4320



Wa salam,


Apokalupsis 04/03/2010 19:21


Assalamu 'alaykum,

Voici un exemple qui ne fera que vous donner raison. Il s'agit d'un extrait mp3 trouvé sur le net d'une émission de radio de Québec animée par un certain Sylvain Bouchard. On entend un homme qui
raconte comment il s'en est pris à une femme voilée dans un supermarché Loblwa, et l'animateur cautionne les actes haineux commis contre les musulmans. Voilà où nous en sommes rendus.

Bouchard en parle - 93,3 FM - 03 mars 2010.
http://dl.free.fr/pMnJYQuU9

'alaykum salam