Autoriser les femmes musulmanes à porter le voile à l'école et au travail serait une stratégie d'intégration(assimilation) très discutable

27 Mai 2011 , Rédigé par La jeunesse de l'Islam au Québec Publié dans #Le voile et la femme musulmane

Salamoualaikoum,

Dans un précédent article, j'avais porté à votre attention la stratégie sournoise du député Amir Khadir(cet athé que les médias et de nombreux musulmans croient à tors être un défensseur des musulmans) qui consiste à permettre, par accommodement raisonnable, aux femmes musulmanes de porter le voile même quand elles travaillent dans la fonction publique. Cela afin de les inciter davantage à sortir de la maison, à être moins soumises à leurs maris et à leur religion. Elles finissent, selon amir Khadir, par comprendre qu'elles seraient mieux d'enlever le voile car il ne convient pas à une femme ''émancipée''.

Dans le Devoir d'aujourd'hui, Daniel Baril, un journaliste-anthropologue, remet en question cette stratégie de ''cohésion sociale'' qui a été également évoquée par le sociologue Gérard Bouchard lors du Symposium international sur l'interculturalisme tenu cette semaine à Montréal...

    ''Le sociologue considère par ailleurs que la pratique des accommodements est différente au Québec de ce qu'elle est en contexte multiculturaliste. Il en donne comme exemple le port du hidjab en classe qui serait motivé, selon lui, par un souci d'intégration: en autorisant le hidjab, la jeune musulmane peut fréquenter l'école publique et ainsi «s'ouvrir plus aisément aux valeurs de la société québécoise».

Pourtant, un tel argument sociologique n'est jamais pris en compte par les tribunaux ni par la Commission des droits et libertés de la personne. La notion d'accommodement raisonnable est un concept purement juridique et les tribunaux refusent de discuter de cohésion sociale.

L'idée que l'intégration est favorisée par ce genre d'accommodement est très discutable. Peut-on croire que l'autorisation du port du kirpan à l'école, en dépit des règlements de sécurité, a favorisé l'intégration des sikhs? Peut-on croire que l'établissement d'un érouv à Outremont, en dépit des règles d'usage de l'espace public, a favorisé l'intégration des hassidim? Peut-on penser que le port du hidjab, et la division des sexes qui vient avec lui, va faciliter l'intégration des musulmanes? [...]''
http://www.ledevoir.com/interculturalisme-y-est-pour-peu-dans-l-integration?

 

Pour ma part, je crois que chaque cas est unique. Certaines femmes musulmanes cessent effectivement de porter le voile ou choisissent de remettent à plus tard leur décision de le porter afin de mieux s'intégrer à la société et au marché du travail. Par contre, d'autres musulmanes choisissent plutot de commencer à le porter après avoir été embauchées, sachant ainsi qu'elles ont une sécurité d'emploi garantie par la loi qui les protège. 

 Qu'elles soient aux études ou sur le marché du travail, il est très rare de trouver des musulmanes qui portent le voile tel que recommendé par les textes coraniques(vêtements amples) et qui arrivent à éviter la mixité avec les hommes au travail et dans les transports...

La stratégie d'assimilation semble donc malheureusement assez bien fonctionner contre les musulmans. 

 

''leurs maisons sont mieux pour elles''(Abû Dâoûd, n° 567)

Abou Daoud a dit selon Hamzah Ibn Abi Asiad Al- Ansaari, selon son père qu’il a entendu le prophète dire aux femmes alors qu’il sortait de la mosquée et que les hommes s'étaient mélangé avec les femmes sur le chemin :
«Écartez-vous, car il ne convient pas de vous approprier le chemin. Prenez plutôt le bord du chemin».
Depuis ce jour, les femmes marchaient en se frottant au mur et leurs vêtements s’accrochaient aux murs tellement elles s’y collaient.

C'est Allah qui sait mieux!

 

 

(remerciement à Faouzi pour son aide dans la correction du texte. BarakAllaou fik!)

 

Partager cet article

Commenter cet article