Dieu n'a pas sa place à l'école, même privée, juge le Parti Québécois

15 Mars 2010 , Rédigé par La jeunesse de l'Islam au Québec Publié dans #Vivre ensemble - Islamophobie

La Presse canadienne 
15 mars 2010

Lévis — Dieu, Allah et Yahvé n'ont pas leur place à l'école, selon le Parti québécois (PQ). Que cette école soit publique ou privée. Au Québec, il ne devrait donc pas y avoir d'enseignement religieux dans les écoles privées subventionnées, croit le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'éducation, le député Pierre Curzi.

Dans un entretien à La Presse canadienne, en marge d'un colloque du parti sur la création de richesse, le week-end dernier, il a plaidé pour une école laïque, qu'elle soit publique ou privée. «L'école devrait être essentiellement un lieu de connaissances ou de compétences. La religion, si elle est présente, devrait être à l'extérieur, très clairement à l'extérieur du corpus d'enseignement, donc du régime pédagogique. Cela est ma première certitude», a-t-il commenté. À l'heure actuelle, le ministère de l'Éducation finance près de 300 écoles primaires et secondaires privées, qui accueillent quelque 125 000 jeunes. La plupart sont confessionnelles.
Source:  
http://www.ledevoir.com/politique/quebec/284974/en-bref-dieu-n-a-pas-sa-place-a-l-ecole-meme-privee-juge-le-pq?utm_source=infolettre-2010-03-15&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne


Étrangement, c'est ce même Parti Québécois et sa chef Pauline Marois qui défend le crucifix afin qu'il garde sa place à l'Assemblée nationale et dans les écoles!

Que le gouvernement cesse de subventionner les garderies et écoles confessionnelles, même musulmanes, on peut s'arranger inchaAllah. Mais encore faudrait-il dabord que dans leurs écoles publiques dites "laïques", ils cessent bourrer sournoisement le crane de nos enfants avec leurs décorations, thèmes d'études et congés inspirés continuellement de leur calendrier de fêtes catholiques, païennes et commerciales...

Si non, si sans les subventions l'inscription à nos écoles privées devient trop cher à payer, il restera l'option de leur faire l'école à la maison !



À lire aussi:

>L'éducation musulmane au Québec



Partager cet article

Commenter cet article