La guerre perdue contre le terrorisme

16 Novembre 2015 , Rédigé par La jeunesse de l'Islam au Québec Publié dans #L'Islam condamne le terrorisme

La guerre perdue contre le terrorisme

Ce titre écrit par Stéphane Gendron a pourtant été publié il y a cinq ans mais est apparemment toujours d'actualité. À cette date on ne parlait même pas de l'EI et il n'y avait pas encore eu d'actes de terrorisme de ce genre au Canada. Malheureusement le pire semble à venir puisque malgré toute les ''puissances'' et la technologie réunies de tous les pays de la coalition, les actes de vengeances et de terrorismes continuent d'augmenter...

20-01-2010
La guerre perdue contre le terrorisme
Stéphane Gendron
Collaboration spéciale

lejournaldemontreal.canoe.ca

Le terrorisme, c'est l'emploi de la violence à des fins politiques pour imposer une idéologie. Depuis le 11 septembre 2001, on a voulu nous faire croire que la terreur était l'arme nouvelle de quelques islamistes illuminés.

Chaque jour, l'Amérique poursuit une guerre complètement inutile envers un concept aussi vieux que la prostitution ou la drogue. À travers l'histoire de l'humanité, le terrorisme a toujours existé. Il y a celui organisé et légitimé par l'État. Il s'agit de celui pratiqué par les pays les plus forts, comme les puissances coloniales principalement pour des raisons économiques : l'Angleterre et ses multiples conquêtes des peuplades «indigènes», la France avec les guerres d'Indochine et d'Algérie, ou plus récemment, Hitler et l'Allemagne nazie qui ont entraîné dans la mort plus de 6 millions de Juifs, puis Israël et son nettoyage ethnique de la Palestine en 1948 et celui des États-Unis par son impérialisme en Amérique du Sud et sa guerre au Viet Nam. À l'opposé de ce spectre, il y a le terrorisme des peuples opprimés qui n'ont pour seule arme que le pouvoir de se faire sauter, comme celui des Palestiniens et d'autres communautés arabes autrefois conquises sous le diktat des puissances étrangères.

Au temps des Croisés, le pape et les monarchies chrétiennes menaient des guerres en Europe et au Proche-Orient afin de voler les terres appartenant aux nations musulmanes, le tout sous le prétexte d'une reconquête de la Terre sainte, dictée par le dieu des chrétiens. Le meurtre et le vol étaient donc justifiés. Combien de musulmans furent tués au nom d'un dieu?

Hélas, l'Occident a relégué aux oubliettes ce jihad catholique d'une époque aujourd'hui révolue. Plus près de chez nous, on a connu - puis oublié - le terrorisme du plus fort envers les Premières Nations, le vol de leurs terres, les placements dans les orphelinats, les abus sexuels, puis l'infantilisation et la quasi-extermination.

Une histoire vieille comme le monde que l'humain se plaît à répéter au nom de toutes sortes de prétextes.

PRÉSENCE INJUSTIFIÉE

La semaine dernière, quatre autres soldats canadiens ont trouvé la mort en Afghanistan. Loin de moi l'idée de dénigrer la bravoure et l'engagement de nos soldats. Bien au contraire, cette loyauté ne retrouve aucun équivalent au sein de notre société. Ce que je déplore, c'est l'obstination du Canada à s'immiscer dans des conflits où nous n'avons pas notre raison d'être. Que les États-Unis et leurs alliés s'entêtent à vouloir imposer de force leur philosophie est une chose. Mais avec un recul historique, faut-il s'étonner de cet extrémisme véhiculé par certains leaders, qui finissent par convaincre des adeptes de mourir pour une cause ?

Nous aurons beau trouver toutes les justifications à notre action en faveur de la politique étrangère américaine, le Canada fait fausse route dans ses actions militaires. Rien ne justifie notre présence auprès des forces armées américaines. Le sang versé par nos soldats, toutes ces vies anéanties et perdues ne rapporteront jamais le centième du sacrifice imposé à ces familles qui aujourd'hui pleurent la disparition d'un père, d'une conjointe, d'un enfant disparu à tout jamais.

Malheureusement, l'Occident tout entier paie le tribut de sa suffisance et de ses croisades afin de convertir la planète à son mode de vie. Comme le dit l'adage d'une façon brutale: qui sème le vent récolte la tempête. Faut-il s'en étonner ?

Source: http://lejournaldemontreal.canoe.ca/journaldemontreal/chroniques/stephanegendron/archives/2010/01/20100105-151333.html

-------------



À lire aussi:

>L'Islam condamne le terrorisme


 

Partager cet article

Commenter cet article

La jeunesse de l'Islam au Québec 28/01/2010 00:46


Salamoualaikoum,

Voir aussi l'article suivant...

Combien de musulmans les USA ont-ils tués en 30 ans?
http://blogues.cyberpresse.ca/hetu/?p=70430873

Wa salam




La jeunesse de l'Islam au Québec 27/01/2010 23:54


Salamoualaikoum,

Un autre article de Stéphan Gendron:

Taxi Maghrebhttp://lejournaldemontreal.canoe.ca/journaldemontreal/chroniques/stephanegendron/archives/2009/12/20091208-093701.html

Wa salam,