Lettres - S'installer ailleurs ?

23 Mai 2010 , Rédigé par La jeunesse de l'Islam au Québec Publié dans #Vivre ensemble - Islamophobie

www.ledevoir.com
Christian Feuillette - Montréal, le 18 mai 2010

La commission parlementaire qui débat ces jours-ci sur le projet de loi 94 «établissant les balises encadrant les demandes d'accommodements» dans les institutions du Québec, ne tournera probablement qu'autour d'une seule question: faut-il interdire le voile intégral, un peu, beaucoup ou passionnément? Ma réponse est: pas du tout.

Il est profondément ridicule, et dans les faits inapplicable, de vouloir légiférer sur le code vestimentaire des citoyens. En France, le projet de loi, encore plus contraignant que celui du Québec, stipule par exemple que «nul ne peut, dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage». Le législateur se voit pourtant obligé de préciser qu'il y a des exceptions, entre autres, pour les casques de moto, les masques antigrippe et les tenues de carnaval! Quand on est rendu à un tel degré de burlesque, on se demande si cela vaut la peine de dépenser autant d'énergie, de temps et d'argent pour un problème qu'on pourrait résoudre d'une façon autrement plus simple. Au Québec, on invoque des «motifs de sécurité, de communication et d'identification» pour exiger qu'on transige «à visage découvert» dans les institutions publiques. On n'a pas besoin de loi pour cela, une réglementation suffit, que ce soit au cégep, à l'hôpital, au ministère du Revenu ou à la SAAQ.

On envoie de plus un message aux immigrants, qui risque de s'avérer désastreux. N'oublions pas que le Québec est en grave déficit démographique, la majorité des immigrants choisissant plutôt le Canada anglais. Depuis plusieurs années, de nombreux francophones d'Afrique du Nord, de religion musulmane viennent s'établir ici. Si ces personnes perçoivent qu'au Québec, le message à leur endroit se résume à ceci: «Si t'aimes pas nos balises, fais tes valises», l'avantage linguistique que nous avons perdra de son attrait, et ils choisiront de s'installer dans des contrées moins fermées et intolérantes, à Ottawa, Toronto, Calgary ou Vancouver, ou même plus au sud, aux États-Unis.

Christian Feuillette - Montréal, le 18 mai 2010




À lire aussi:

>Tarik Ramadan prend position contre le voile islamique intégral. 

>L'intégration... pire au Québec


>
Le Québec, gouverné à la manière des talibans

>
Envie d'immigrer au Québec ?

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article