Une première banque islamique pourrait voir le jour au Canada.

9 Novembre 2009 , Rédigé par La jeunesse de l'Islam au Québec Publié dans #Finance et Banques "islamiques"

Une première banque islamique pourrait voir le jour au Canada. Le groupe saoudien AlBassam House demande la permission à Ottawa d'offrir des hypothèques qui respectent la charia, la loi islamique.

Dans son petit appartement de Gatineau, le musulman Abdelali Hamani rêve de s'acheter une maison. Il n'a toutefois pas le droit de contracter une hypothèque à la banque, puisque les banques traditionnelles exigent des intérêts, ce qui est interdit dans le Coran. « Il y a plein de musulmans qui souhaitent investir dans l'immobilier, mais qui sont incapables à cause de cette restriction religieuse. On a une crainte terrible de tomber dans le haram , c'est-à-dire dans l'illicite », explique M. Hamani.

En finance islamique, c'est la banque qui achète la maison de son client, elle calcule ensuite son profit et exige un loyer en conséquence. Sur papier, il n'y a pas d'intérêts réclamés. Le client ne devient propriétaire de la maison qu'au moment du remboursement de la totalité de la somme.

Selon Tarek Fatah, du Congrès musulman du Canada, tout cela n'est que de la poudre aux yeux. Les financiers, selon lui, abusent des croyants qui veulent respecter la charia, car leurs frais sont beaucoup plus élevés que dans le système traditionnel.

Le groupe saoudien AlBassam House demande la permission d'offrir des hypothèques islamiques partout au Canada et de devenir la première banque islamique au pays. Si la demande est acceptée, cela permettrait aux 700 000 Canadiens musulmans de s'acheter une maison tout en respectant les préceptes du Coran.

La demande aboutira sur le bureau du ministre fédéral des Finances.

Source: http://www.radio-canada.ca/regions/ottawa/2009/11/09/004-banque-islamique.shtml#commentaires




À lire aussi:

>Fatwas sur les Banques dites "Islamique" 
 
Et autres articles sur
Finance et Banques islamiques au Canada



Partager cet article

Commenter cet article